Constitution du sujet de l’inconscient

Cristine Crozat, Au grand Palais 03/2015, galerie Françoise Besson à Lyon

Cristine Crozat, Au grand Palais 03/2015, galerie Françoise Besson à Lyon

Qu’est-ce qu’un enfant ?
Sous cette appellation générique, tout un pan de la psychanalyse s’est développé depuis environ un siècle. En effet, il a fallu attendre Freud pour que la psychanalyse, via la dimension de sexualité infantile, reconnaisse à l’enfant une existence propre en lui attribuant une sexualité. Curieusement, là où l’enfant était nié dans la société du début du XXe siècle selon l’équation : pas de sexualité/pas de sujet, Freud, en levant le refoulement fondamental sur la sexualité de l’enfant, lui a permis d’être enfin reconnu comme sujet. Dès lors, l’enfant a une sexualité et il existe comme sujet, ce qui fit scandale à cette époque « bienpensante ». Mais, force est de constater que le terme enfant est très indifférencié de celui d’infantile et aussi bien dans les Gesammelte Werke que dans la Standard Edition on retrouve le terme « infantile » comme qualificatif renvoyant à un certain nombre d’occurrences, parmi lesquelles nous choisirons pour commencer « sexualité infantile ».
Continuer la lecture

La place du sujet et les nouveaux rapports à l’enfant

Couverture du livre "Figures de l'infantile". Leandro de la Jonquière - L'Harmattan

Couverture du livre “Figures de l’infantile”. Leandro de la Jonquière – L’Harmattan

Une lecture sommaire du livre de Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien régime (première parution en France 1960, au Brésil en 1978), conduit à deux conclusions hâtives. Premièrement, les adultes ont ignoré l’enfance jusqu’à que ce qu’elle soit soudain découverte dans la modernité. Deuxièmement, la thèse posée par Ariès – le sentiment de l’enfance – est perçue comme un indicateur de l’attention ou de l’amour des adultes envers les enfants. Continuer la lecture