À propos de ce que l’on dénomme psychoses

Affiche conférence Chantal Cazzadori "la Psychose"Également Membre de l’association Analyse Freudienne de Paris, Françoise Fabre sera mon invitée ce soir, pour parler de son expérience de psychiatre-psychanalyste, à la fois en institution et en cabinet libéral dans la capitale. Comme à son habitude, elle s’exprime sans texte pré établi, juste avec quelques notes travaillées avant son intervention qui se veut spontanée, improvisée en fonction du public présent. Elle se fie donc à son inconscient pour rester au plus près des auditeurs. Ainsi, elle va prendre d’emblée contact avec le public amiénois (étudiants, analysants, amis, praticiens et tout venant) en précisant qu’elle a l’habitude à Paris ou ailleurs de s’adresser à des milieux très professionnels, des praticiens mais pas forcément à des théoriciens. Lire la suite

Quid de la Perversion: discours ou/et structure ?

flyers_2017.inddCe sujet, je l’ai déjà traité de différentes manières de 2013 à ce jour.
« Le pervers ou l’initié du jouir », texte sorti le 10 juin 2013, destiné aux futurs coachs en formation d’un DU (diplôme universitaire), mis en ligne ensuite.
« Quelques aspects de la perversion » sorti 3 ans après, le 7 avril 2016 lors d’un cycle de conférences sur les avatars du sexuel, donné ici-même.
Puis, dans mon association, Analyse Freudienne de Paris, ma collègue, Françoise FABRE, psychanalyste, psychiatre, nous a présenté son travail ainsi titré :
« A propos de ce l’on dénomme perversion », c’était le 16 février 2015, exposé mis également sur mon site.
Une autre collègue espagnole, membre de l’A.F., Maria Cruz Estada, sortait un texte « C’est là que ça se joue : dans mon corps », inspiré du film d’Almodovar : « Parle avec Elle », qu’elle a mis à notre disposition pour cette étude sur la perversion, également mis en ligne sur mon site.
Autrement dit, à partir de ces quatre textes adressés à des publics différents et présentés par trois psychanalystes, je vais essayer d’en refonder un autre, enrichi des précédents et de quelques autres.
Lire la suite

QUID de la PHOBIE: Discours et/ou structure ?

Matisse_01Son Universalité

Comme peur irrationnelle, irraisonnée, c’est sans doute le symptôme psychopathologique le plus répandu. Il est pourtant, déclenché par une circonstance sans danger.
Quand avons-nous tous été phobiques ? Dans notre enfance pardi ! Phobique des souris, des araignées, du noir, du loup, des fourmis, de la chasse d’eau, fort heureusement, nous avons souvent pu dépasser ces peurs. Toute une sorte d’histoire naturelle de la phobie infantile et de son évolution pourrait s’écrire ainsi. Lire la suite

QUID DE L’ OBSESSIONNEL : discours et/ou structure ?

img_6391Rappelons-nous d’abord : qu’est-ce qu’une névrose version Lacan et Freud ?

Le névrosé est aux prises avec l’Autre, pas seulement son alter ego, le petit autre, mais le grand Autre, celui du langage. L’enfant, se construit dans la langue maternelle qui lui est propre, le langage est fait de lalangue, c’est une élucubration de savoir sur la langue. Lire la suite

Entre hystérie et obsession

Par Philippe Woloszko, Metz le 12 mai 2016.
Freud invente la psychanalyse en soignant des hystériques. Ce sont ses patientes qui lui apprennent d’une part à les écouter et d’autre part sur l’inconscient. Les hystériques lui disent : » Ecoutez-nous, ce dont nous souffrons se dit dans nos paroles, nous ne savons pas ce que nous disons, mais nous savons que nous le disons, et qu’à travers nos paroles, notre inconscient vient se dire ».
L’hystérie apparaît dès le départ comme la voie royale de la psychanalyse. C’est-à-dire que la théorie et la pratique de la psychanalyse sont fondées sur le discours des hystériques. Lire la suite

Quelle politique pour la Folie?

Guy DanaC’est un livre qui donne envie d’aller voir plus loin. 288 pages qui poussent à se rendre à Longjumeau dans l’Essonne, à quelque 20 kilomètres au sud-ouest de Paris, pour voir comment on peut résister au discours de la peur lorsque l’on entreprend de soigner la folie. Car dans Quelle politique pour la folie?, le Psychiatre et Psychanalyste Guy Dana défend farouchement l’idée que la folie peut s’apaiser lorsqu’une certaine liberté de circulation lui est accordée. Lire la suite

Espace et psychose. Par Guy Dana

psyche-1024173_1280Finalités

J’ai essayé par une construction à étapes de subvertir l’organisation sectorielle telle qu’elle avait été initiée dans les textes fondateurs ; ceux-ci, au moment où s’ouvraient les asiles dans les années 1960, voulaient assurer une continuité des soins et rapprocher les consultations du domicile des patients. Toutefois ce discours fonctionnel, pour louable qu’il soit, ne permet pas d’exploiter le potentiel de cet outil appelé secteur qui se présente d’abord comme un espace. Lire la suite